Chronique-Envy: Insomniac doze

La météorologie est une science étrange, même si l’on considère comme acquises certaines règles et qu’on parvienne à faire de remarquables prédictions, il reste toujours une part d’imprévu, on ne sait réellement jamais quand le temps va changer a la minute prêt, et c’est exactement ce que l’on ressent à la vue de l’Artwork du 3ème LP des japonais d'”Envy” : “Insomniac doze”. On semble pris au piège dans cet  instant incongru ou l’orage menace, le vent s’efface, et ou une petite pluie fine se fait jour. Il règne un calme surnaturel, on vogue entre la sérénité de la pluie et la colère des grondements, et c’est toujours ballotté entre 2 ambiances opposées mais complémentaires que le disque va déployer toute son ampleur. “Insomniac Doze” est le projet de la maturité pour le combo japonais. Envy fut à ses débuts un pilier de la scène screamo pure et dure (dans la veine d’un “Orchid”) avant d’aborder dans  son second disque “A dead sinking story” un virage plus postcore pour finalement accoucher de ce postrock/postcore aux allures Hypnotiques.

Sur le plan technique cet opus nous assène des riffs Postcore relativement lents et saturés, qui contrastent particulièrement avec les passages postrock, ou on peut errer pendant plusieurs minutes sur 4 ou 5 arpèges. Les claviers subtils mais efficaces savent souligner certains riffs, juste accentuer une note, ou rester en toile de fond pour certains morceaux ( “the unknown glow” ). La basse a un rôle particulièrement important dans ces compositions, en effet très présente et très chaude elle semble envelopper l’auditeur dans un cocon de sérénité (“A warm room” est à ce niveau une vraie réussite). Les vocaux de Tetsuya Fukagawa forment le noyau dur de cette musique, il oscille entre du “spoken words” du rare chant clair ( “Further ahead of warp”) mais est surtout dans ce hurlement si puissant, qui exprime comme rarement une tristesse, une souffrance et une colère presque palpable. On croirait cette voie sortie du plus profond de nous et elle prend véritablement aux tripes.

La musique d’Envy ne peut s’appréhender au niveau technique tant il est relégué au second plan. Tout ici est question de progression d’ambiance, chaque morceau ( en particulier les plus long) construit une ambiance grâce a ces longues mélopées introspectives ou Tetsuya parle avant de briser l’alchimie ( de la même manière que le moment magique est brisé par l’orage et la pluie lourde et drue) et de nous renvoyer tout son ressenti a la gueule, et la on en sort rarement indemne. En fait les constructions peuvent apparaître assez similaires mais pourtant les montées en régime sont si bien maîtrisées les ruptures si puissantes ( “the unkown glow” encore avec une explosion faramineuse au cœur du morceau) qu’on en redemande en permanence. Tetsuya parvient toujours à nous toucher, accompagnant un riff taillé sur mesure, comme dans “Scene” ou l’alternance entre les arpèges/montés et entre les cris de détresse du frontman construisent un morceau en permanence au bord du gouffre toujours proche du “moment magique”.

Malgré la souffrance et la mélancolie émanant de ce disque on perçoit tout de même une certaine sérénité, “a warm room” par exemple va se constituer d’une première partie tout en basse et en trémolo rassurants desquels on ne voudrait plus ressortir, avant que Tetsuya ne revienne nous sortir pour nous faire affronter la vie, et finalement ce morceau va se terminer dans une ascension extatique, ou en dépit de tout l’aube revient toujours, ou la vie reprend toujours le dessus. Après l’orage final, l’imposant retour de l’astre diurne emplit les cœurs, et on ressort changé de cette expérience. une sorte d’exorcisme.

En conclusion, il s’agit donc d’un projet très sanguin que l’on aimera ou que l’on détestera mais qui ne laissera pas indifférent, tant “Envy” a évolué en donnant une personnalité vraiment marqué à ce disque qui d’ailleurs est vraiment un nouveau départ pour eux. Depuis la sortie de cet opus, ils ont travaillé sur deux splits (avec thirsday et Jesu) ou ils ont encore aérées leurs compos et ont encore découvert de nouveaux horizons…..

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s